Poème 'Espoir timide' de François COPPÉE dans 'L'Exilée'

Espoir timide

François COPPÉE
Recueil : "L'Exilée"

Chère âme, si l’on voit que vous plaignez tout bas
Le chagrin du poëte exilé qui vous aime,
On raillera ma peine & l’on vous dira même
Que l’amour fait souffrir, mais que l’on n’en meurt pas.

Ainsi qu’un mutilé qui survit aux combats,
L’amant désespéré qui s’en va, morne & blême,
Loin des hommes qu’il fuit & de Dieu qu’il blasphème,
N’aimerait-il pas mieux le calme du trépas ?

Chère enfant, qu’avant tout vos volontés soient faites !
Mais, comme on trouve un nid rempli d’œufs de fauvettes,
Vous avez ramassé mon cœur sur le chemin.

Si de l’anéantir vous aviez le caprice,
Vous n’auriez qu’à fermer brusquement votre main,
— Mais vous ne voudrez pas, j’en suis sûr, qu’il périsse !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Voyage cosmique de l’oiseleur
    ---------------------

    Il quitte son logis dont le plafond est bas,
    Il se sépare aussi des disciples qu’il aime,
    Il doit s’en aller loin du solaire système
    Pour rejoindre un endroit que tu ne connais pas.

    C’est un être d’errance et non pas de combat,
    S’éloignant de la Terre et de la Lune blême.
    Au long de cette route il compose un poème
    Qui parle de la vie et surtout du trépas.

    Il n’a pas pris pour but une vaste planète
    Mais plus modestement, la Lune des Fauvettes :
    Sa rutilante nef en connaît le chemin.

    S’il gagne cet endroit, ce n’est point par caprice,
    C’est parce qu’un grand scribe écrivit de sa main
    Qu’il devait rencontrer l’Oiselle Impératrice.

  2. Errance d’une avette
    ----------

    Par ce matin d’été, l’avette vole bas,
    Elle veut s’éloigner de cet endroit qu’elle aime ;
    Je la vois progresser vers les lointains extrêmes,
    Vers d’étranges pays que je ne connais pas.

    Ne voulant être reine au terme d’un combat,
    Elle abandonne ainsi la dignité suprême;
    Je l’entends cheminer, murmurant des poèmes,
    Elle va de l’avant sans crainte du trépas.

    Parmi les habitants de ma douce planète,
    J’ai toujours estimé les vaillantes avettes ;
    J’aime les rencontrer sur les bords du chemin.

    Elles n’agissent point sous l’effet d’un caprice,
    Ni par cupidité, comme font les humains;
    Plus ont-elles d’honneur que des impératrices.

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS