Poème 'Récits épiques – Blasphème et Prière' de François COPPÉE dans 'Les Récits et les Élégies'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de François COPPÉE > Récits épiques – Blasphème et Prière

Récits épiques – Blasphème et Prière

François COPPÉE
Recueil : "Les Récits et les Élégies"

Quand le déluge eut fait son œuvre salutaire,
La race de Noé pullula sur la terre
Ainsi que les yeux d’or sur les plumes du paon.
Alors dans les vallons fertiles du Liban
Heth et Sidon, issus de Cham, le fils indigne,
Vinrent, pour cultiver le froment et la vigne,
Et furent de puissants chefs devant Jéhovah.
Sidon eut de nombreux enfants qu’il éleva ;
Heth devint veuf, après un an de mariage,
Et n’obtint qu’un seul fils, l’espoir de son vieil âge.
Hais, étant en sueur, le soir d’une moisson,
Ce fils but de l’eau froide et fut pris d’un frisson,
Puis mourut ; et depuis ce temps, le triste père,
Contre Dieu qui l’accable et qui le désespère,
Se révolte, et souvent même il a blasphémé.

Au contraire, Sidon, de tous les siens aimé,
Est heureux, opulent, sage, pur de tous vices ;
Il prie, il jeûne, il offre au ciel des sacrifices ;
Et tous ses serviteurs vantent sa piété.

Un jour que tous les deux, par la chaleur d’été,
Sur leurs terres venaient de se mettre à l’ouvrage,
Un nuage effrayant où grondait un orage
Accourut, et le ciel brusquement fut tout noir.

Heth, que rongeait toujours son ancien désespoir,
Levant le poing, cria :
« Frappe, Dieu méchant, frappe !
Et qu’il ne reste plus à mes ceps une grappe !
Je te brave. Peux-tu me faire mal, après
Que tu m’as dérobé le fils que j’adorais ?
Va ! Que ta foudre éclate et que ta grêle tombe,
Dieu cruel, qui couchas mon enfant dans la tombe !
Commets cette injustice encore, Dieu trompeur !
Je resterai debout. Tu ne me fais pas peur ! »

Le nuage passa ; car Jéhovah lui-même,
En voyant la douleur, eut pitié du blasphème ;
Et l’orage plana sur le champ de Sidon.

Celui-ci, se jetant à genoux, dit :
« Pardon. Dieu d’équité, pardon ! Épargne ma récolte !
Jamais je ne me plains ni je ne me révolte ;
Toujours, devant ta face auguste, j’ai tremblé ;
Et tu protégeras mon raisin et mon blé.
Depuis le temps déjà lointain où j’étais jeune,
Je dis fidèlement ma prière et je jeûne ;
Tu dois m’en savoir gré. Souvent sur ton autel,
Seigneur, Dieu Tout-Puissant, l’Unique et l’Immortel,
Ma main a répandu le sang de mes génisses.
Je n’ai point fait de mal, pour que tu me punisses.
Ne me laisse donc pas te supplier en vain,
Roi du ciel, et défends ma farine et mon vin ! »

Mais comme la prière, au Seigneur adressée,
Déplaît quand elle part d’une âme intéressée,
Contre l’avare en pleurs l’Éternel s’irrita,
Et ce fut sur Sidon que l’orage éclata.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

François COPPÉE

Portait de François COPPÉE

François Édouard Joachim Coppée, né le 26 janvier 1842 à Paris où il est mort le 23 mai 1908, est un poète, dramaturge et romancier français. Coppée fut le poète populaire et sentimental de Paris et de ses faubourgs, des tableaux de rue intimistes du monde des humbles. Poète du souvenir d’une première rencontre... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto