Poème 'Mille baisers perdus, mille et mille faveurs…' de Théodore Agrippa d'AUBIGNÉ dans 'L'Hécatombe à Diane'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Théodore Agrippa d'AUBIGNÉ > Mille baisers perdus, mille et mille faveurs…

Mille baisers perdus, mille et mille faveurs…

Théodore Agrippa d'AUBIGNÉ
Recueil : "L'Hécatombe à Diane"

Mille baisers perdus, mille et mille faveurs,
Sont autant de bourreaux de ma triste pensée,
Rien ne la rend malade et ne l’a offensée
Que le sucre, le ris, le miel et les douceurs.

Mon coeur est donc contraire à tous les autres coeurs,
Mon penser est bizarre et mon âme insensée
Qui fait présente encor’ une chose passée,
Crevant de désespoir le fiel de mes douleurs.

Rien n’est le destructeur de ma pauvre espérance
Que le passé présent, ô dure souvenance
Qui me fait de moi même ennemi devenir !

Vivez, amants heureux, d’une douce mémoire,
Faites ma douce mort, que tôt je puisse boire
En l’oubli dont j’ai soif, et non du souvenir.

Poème préféré des membres

angelthierry a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Le reptile et l’oiseau
    ----------------------

    Crocodile ou pluvian, lequel a nos faveurs ?
    Lequel est plus souvent présent dans nos pensées ?
    Moi, j’aime de l’oiseau la tournure élancée,
    L’esprit plein de finesse, et le regard rêveur.

    Du reptile, on a dit le rôle protecteur.
    Attaquer le pluvian serait chose insensée ;
    Le croco n’use point d’approches nuancées
    Pour montrer sa colère à des perturbateurs.

    Ces deux amis, pourquoi les mettre en concurrence ?
    Leur inégalité, ce n’est qu’une apparence,
    Chaque matin les voit plus proches devenir.

    Crocodile et pluvian, c’est à votre mémoire
    Et à votre santé qu’ici nous allons boire,
    Vrais complices que rien ne saurait désunir.

Rédiger un commentaire

Théodore Agrippa d'AUBIGNÉ

Portait de Théodore Agrippa d'AUBIGNÉ

Théodore Agrippa d’Aubigné, né le 8 février 1552 au château de Saint-Maury près de Pons, en Saintonge, et mort le 9 mai 1630 à Genève, est un écrivain et poète baroque français protestant. Il fut aussi l’un des favoris d’Henri IV, du moins jusqu’à la conversion de celui-ci. Théodore décide alors de rédiger la plus grande... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto