Poème 'Est-il donc vrai qu’il faut que ma vue enchantée …' de Théodore Agrippa d'AUBIGNÉ dans 'L'Hécatombe à Diane'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Théodore Agrippa d'AUBIGNÉ > Est-il donc vrai qu’il faut que ma vue enchantée …

Est-il donc vrai qu’il faut que ma vue enchantée …

Théodore Agrippa d'AUBIGNÉ
Recueil : "L'Hécatombe à Diane"

Est-il donc vrai qu’il faut que ma vue enchantée
Allume dans mon sein l’homicide désir
Qui fait haïr ma vie, et pour elle choisir
L’aisé saccagement de ma force domptée !

Puis-je.voir sans pleurer ma raison surmontée.
Laisser mon sens captif par la flamme périr ?
Puis-je voir la beauté qui me contraint mourir
Se rire en sa blancheur de moi ensanglantée ?

Je maudis les fiertés, les beautés et les cieux,
Je maudis mon vouloir, mon désir et mes yeux,
Je louerais les beautés, cieux et persévérance,

Si sa beauté voulait animer sa pitié,
Si les cieux inclinaient sur moi son amitié,
La dure fermeté, si elle était constance.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théodore Agrippa d'AUBIGNÉ

Portait de Théodore Agrippa d'AUBIGNÉ

Théodore Agrippa d’Aubigné, né le 8 février 1552 au château de Saint-Maury près de Pons, en Saintonge, et mort le 9 mai 1630 à Genève, est un écrivain et poète baroque français protestant. Il fut aussi l’un des favoris d’Henri IV, du moins jusqu’à la conversion de celui-ci. Théodore décide alors de rédiger la plus grande... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto