Poème 'Névroses' de guillaumePrevel

Névroses

guillaumePrevel

Névroses héritées d’une vie entière
Un peu de calme réconfortant
Me paraîtrait un bien charmant
Voilà sitôt partis les tourments d’hier

Que d’autres arrivent dans des chariots
Enfiévrés, tous enflammés de colère
Et porteurs de fléaux et de cohortes patibulaires
Rassemblées en un même lieu comme des idiots

Entre un ennui grandissant et des nuits enchantées
J’avoue préférer le corps d’une déesse mandorlée
Et ses plaisirs secrets au sein d’une douce alcôve

Ainsi lové, je briserai les mauvais jours du signe indien
Chassant l’odeur de souffre du prince luciférien
Avant que ma vie ne me quitte en peau de chagrin.

20 MAI 2020

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS