Poème 'Ni par les bois les Dryades courantes' de Joachim DU BELLAY dans 'L'Olive'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Joachim DU BELLAY > Ni par les bois les Dryades courantes

Ni par les bois les Dryades courantes

Joachim DU BELLAY
Recueil : "L'Olive"

Ni par les bois les Dryades courantes,
Ni par les champs les fiers scadrons armés,
Ni par les flots les grands vaisseaux ramés,
Ni sur les fleurs les abeilles errantes,

Ni des forêts les tresses verdoyantes,
Ni des oiseaux les corps bien emplumés,
Ni de la nuit les flambeaux allumés,
Ni des rochers les traces ondoyantes,

Ni les piliers des saints temples dorés,
Ni les palais de marbre élaborés,
Ni l’or encor, ni la perle tant claire,

Ni tout le beau, que possèdent les cieux,
Ni le plaisir pourrait plaire à mes yeux,
Ne voyant point le Soleil, qui m’éclaire.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Trois dieux ichtyomorphes
    ------------

    Au Père sont les profondeurs brûlantes,
    Cet inframonde où périt la raison ;
    Des fiers démons les sombres oraisons
    Quand il est là se font moins virulentes.

    Le Fils entend les vestales qui chantent,
    Chacune sur le seuil de sa maison ;
    Leurs douces voix sont une floraison
    Apprivoisant les puissances méchantes.

    L’Esprit-Poisson régit d’autres plaisirs,
    Avec les trolls il plaisante à loisir ;
    Cela fit rire un Empereur de Chine.

    Les poissonniers, hommes de peu de foi,
    Pour les piéger firent une machine ;
    Mais ce ne fut qu’un système à la noix.

  2. Sagesse du dieu Pan
    ----

    J'entendis le dieu
    Qui disait à la Dryade :
    « On n'est pas de bois. »

Rédiger un commentaire

Joachim DU BELLAY

Portait de Joachim DU BELLAY

Joachim du Bellay est un poète français né vers 1522 à Liré en Anjou, et mort le 1er janvier 1560 à Paris. Sa rencontre avec Pierre de Ronsard fut à l’origine de la formation de la « Pléiade », groupe de poètes auquel Du Bellay donna son manifeste, « la Défense et illustration de la langue... [Lire la suite]

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS