Poème 'No man’s land' de guillaumePrevel

No man’s land

guillaumePrevel

Disparus ou ensevelis vivants
Loin de la sainte protectrice tranchée
Cadavres pulvérisés ou blessés agonisants
Paroxysme ultime de l’atrocité

Horizon froid, incertain et cauchemardesque
Obus qui pleuvent inlassablement
Sur une toile de fond de folie dantesque
Où des corps démembrés se traînent misérablement

Cortège lugubre de douleurs et d’horreurs
Où le marmitage incessant enterrent les corps
Aspirés par la boue à la fétide odeur
Puis les déterrent encore et encore

Salut camarades de misère! c’est ici qu’on meurt!
Sur cette bande de terre triste et putride
Parsemée de chevaux de frise, de barbelés éventreurs,
Où la mort farouche a creusé pour nos familles de grands vides.

11 Octobre 2015 (à ceux de la grande guerre)

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS