Poème 'Nul (2)' de Paul ÉLUARD dans 'Répétitions'

Nul (2)

Paul ÉLUARD
Recueil : "Répétitions"

Il pose un oiseau sur la table et ferme les volets. Il se coiffe, se cheveux dans ses mains sont plus doux qu’un oiseau.

*

Elle dit l’avenir. Et je suis chargé de le vérifier.

*

Le cœur meurtri, l’âme endolorie, les mains brisées, les cheveux blancs, les prisonniers, l’eau tout entière est sur moi comme une plaie à nu.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Encore un dimanche
    -----------------------

    Il pose un sonnet sur la table ;
    Pour lire, à peine assez de jour
    Franchit les rideaux de velours.
    Le grand fauteuil est confortable.

    Il se redonne un coup de peigne
    (C'est vraiment pour passer le temps ;
    Il serait plus sage, pourtant,
    De méditer sur du Montaigne).

    Il cède presque à la panique
    Au cours d'un assoupissement,
    Se voyant loin du firmament,
    Noyé dans la mer onirique.

Rédiger un commentaire

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS