Poème 'Nul (2)' de Paul ÉLUARD dans 'Répétitions'

Nul (2)

Paul ÉLUARD
Recueil : "Répétitions"

Il pose un oiseau sur la table et ferme les volets. Il se coiffe, se cheveux dans ses mains sont plus doux qu’un oiseau.

*

Elle dit l’avenir. Et je suis chargé de le vérifier.

*

Le cœur meurtri, l’âme endolorie, les mains brisées, les cheveux blancs, les prisonniers, l’eau tout entière est sur moi comme une plaie à nu.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Encore un dimanche
    -----------------------

    Il pose un sonnet sur la table ;
    Pour lire, à peine assez de jour
    Franchit les rideaux de velours.
    Le grand fauteuil est confortable.

    Il se redonne un coup de peigne
    (C'est vraiment pour passer le temps ;
    Il serait plus sage, pourtant,
    De méditer sur du Montaigne).

    Il cède presque à la panique
    Au cours d'un assoupissement,
    Se voyant loin du firmament,
    Noyé dans la mer onirique.

Rédiger un commentaire

Paul ÉLUARD

Portait de Paul ÉLUARD

Paul Éluard, de son vrai nom Eugène Émile Paul Grindel (14 décembre 1895 à Saint-Denis – 18 novembre 1952 à Charenton-le-Pont ), est un poète français. C’est à l’âge de vingt et un ans qu’il choisit le nom de Paul Éluard, hérité de sa grand-mère, Félicie. Il adhère au dadaïsme et est l’un des... [Lire la suite]

© 2014 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto