Poème 'Ou vous sçavez tromper bien finement' de Vincent VOITURE

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Vincent VOITURE > Ou vous sçavez tromper bien finement

Ou vous sçavez tromper bien finement

Vincent VOITURE

Ou vous sçavez tromper bien finement,
Ou vous m’aimez assez fidelement,
Lequel des deux, je ne le sçaurois dire,
Mais cependant je pleure et je soupire,
Et ne reçois aucun soulagement.

Pour vostre amour j’ay quitté franchement
Ce que j’avois acquis bien seurement ;
Car on m’aimoit, et j’avois quelque empire
Où vous sçavez.

Je n’attens pas tout le contentement
Qu’on peut donner aux peines d’un Amant,
Et qui pourroit me tirer de martyre,
A si grand bien mon courage n’aspire ;
Mais laissez-moy vous toucher seulement
Où vous sçavez.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Vincent VOITURE

Portait de Vincent VOITURE

Vincent Voiture, né en 1597 à Amiens et mort le 26 mai 1648 à Paris, était un poète et prosateur français. Fils d’un marchand de vins qui suivait la cour, il fit ses études à Paris et gagna la protection de Gaston d’Orléans, frère du roi, en lui adressant une pièce de vers à l’âge de seize ans. Ce prince le nomma... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto