Poème 'Pan ou la peur nue' de FAB

Accueil > Les membres > Page de poésie de FAB > Pan ou la peur nue

Pan ou la peur nue

FAB

Droit sur ses pieds de bouc, sa tête couronnée
De cornes ciselées dressées comme un outrage,
Droit sur ses pieds de bouc, sa tête couronnée
De cornes ciselées dressées comme un outrage,
Le dieu Pan est hilare au milieu du feuillage :
Encore une nymphette au corps émotionné !

Après Syrinx, Echo, Daphnis et Séléné,
Il cherche en vain l’amour dont il se fait l’image
D’être tout comme lui, un monstre en camouflage :
Encore un pauvre diable au cœur émotionné !

A gorge déployée, se tapant sur la cuisse,
Tressautant des sabots, criant autant qu’il puisse,
Il sent avec effroi que l’ombre est revenue

Avant que quelques pleurs affleurent à l’unguis,
Coulent sur son rictus. Elle est loin l’entrecuisse
Et près de son phallus se presse sa peur nue.

Est Dieu celui qui aime, et Pan celui qui nique,
Devant sa solitude, il avait la panique.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS