Poème 'Près du feu' de guillaumePrevel

Près du feu

guillaumePrevel

Laisse-moi filer le parfait amour
Et me noyer de plaisirs libertins
Toi qui préfère l’hypocrisie et ses saints
Je t’implore de laisser battre au lointain mon tambour

Car je suis prêt pour tous les combats
Las, mon cœur saigne un peu chaque jour
A écouter nos silences pesants et lourds
Au loin la liberté! Au près la prison qui m’abat!

Liberté!…Liberté chérie combat avec ton implorant!
Jusqu’au lever d’un jour chatoyant
Où la tristesse sera reléguée dans les brumes

Voilà l’automne qui use et déprime
Et bientôt l’hiver qui glace et enrhume
Laisse-moi prendre place près du feu qu’on m’allume.

26 Février 2020

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS