Poème 'Prière d’une enfant' de guillaumePrevel

Prière d’une enfant

guillaumePrevel

A genoux, les mains jointes, aux pieds de son lit,
Ses yeux fatigués sont peuplés de visions infernales,
Alors l’innocente enfant en toute sincérité prie
Pour gagner son Paradis, et ce monde idéal;

Dont ses parents vénérés, autoritaires et pieux,
Lui parlent sans cesse sur un ton couvert de menace,
Alors elle redouble d’efforts à en avoir les larmes aux yeux,
Se refusant le repos dans ce lit qui chaque soir la glace,

Serrant son chapelet dans ses mains encore tendres,
Elle attend bien longtemps un signe des cieux,
Pour pouvoir enfin aller s’étendre,
En ayant donné tout son amour à son bon Dieu,

Mais chaque fois l’inévitable fatigue la submerge,
Alors son père adoré la porte délicatement jusqu’à son lit d’enfant,
A la lueur faible du chandelier et du cierge,
Que sa mère tient dans sa main en la regardant dormir angéliquement.

25 octobre 2013

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS