Poème 'Promenade en forêt' de guillaumePrevel

Promenade en forêt

guillaumePrevel

J’entends le coucou gris sous le vert feuillage
Qui pousse son chant paisible comme une amicale salutation
Le voici donc revenu de la lointaine Afrique, de sa longue migration
Ce vil pique assiette hôte des bois et des bocages

L’air est frais et rempli du doux parfum
Des sous-bois tandis qu’au sol meurent des feuilles couleur rouille
Et voilà que soudain le sentier débouche sur une souille
Qui fait aux heures calmes la joie des bêtes rousses et des marcassins

L’air est doux et humide au cœur de la foret
Où se cachent mille et un petits secrets
Sous d’élégantes fougères et dans de vieux arbres morts

L’air est doux, l’air est frais
O Dieu! faites que vive éternellement la forêt
Où le temps se suspend et fait oublier la misère des hommes.

21 avril 2015

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS