Poème 'Prose' de Stéphane MALLARME dans 'Poésies'

Prose

Stéphane MALLARME
Recueil : "Poésies"

(pour des Esseintes)

Hyperbole ! de ma mémoire
Triomphalement ne sais-tu
Te lever, aujourd’hui grimoire
Dans un livre de fer vêtu :

Car j’installe, par la science,
L’hymne des coeurs spirituels
En l’oeuvre de ma patience,
Atlas, herbiers et rituels.

Nous promenions notre visage
(Nous fûmes deux, je le maintiens)
Sur maints charmes de paysage,
Ô soeur, y comparant les tiens.

L’ère d’autorité se trouble
Lorsque, sans nul motif, on dit
De ce midi que notre double
Inconscience approfondit

Que, sol des cent iris, son site,
Ils savent s’il a bien été,
Ne porte pas de nom que cite
L’or de la trompette d’Eté.

Oui, dans une île que l’air charge
De vue et non de visions
Toute fleur s’étalait plus large
Sans que nous en devisions.

Telles, immenses, que chacune
Ordinairement se para
D’un lucide contour, lacune
Qui des jardins la sépara.

Gloire du long désir, Idées
Tout en moi s’exaltait de voir
La famille des iridées
Surgir à ce nouveau devoir,

Mais cette soeur sensée et tendre
Ne porta son regard plus loin
Que sourire et, comme à l’entendre
J’occupe mon antique soin.

Oh ! sache l’Esprit de litige,
A cette heure où nous nous taisons,
Que de lis multiples la tige
Grandissait trop pour nos raisons

Et non comme pleure la rive,
Quand son jeu monotone ment
A vouloir que l’ampleur arrive
Parmi mon jeune étonnement

D’ouïr tout le ciel et la carte
Sans fin attestés sur mes pas,
Par le flot même qui s’écarte,
Que ce pays n’exista pas.

L’enfant abdique son extase
Et docte déjà par chemins
Elle dit le mot : Anastase !
Né pour d’éternels parchemins,

Avant qu’un sépulcre ne rie
Sous aucun climat, son aïeul,
De porter ce nom : Pulchérie!
Caché par le trop grand glaïeul.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Honneur à Stéphane
    ---------------------------

    Mallarmé, nous chantons ta gloire,
    Car tu es très fort (le sais-tu ?)
    Et tu composes des grimoire
    Ou des sonnets assez pointus ;

    Car tu pratiques la science
    Des énoncés spirituels
    Où s'accomplit ta patience
    En de très subtils rituels.

    Nadar a fixé ton visage
    Sur le papier, où il se tient
    En l'absence de paysage
    Et semble dire « Tout va bien ».

    Maint lecteur à tes mots se trouble
    Et veut savoir ce que tu dis ;
    Si son acharnement redouble,
    S'il cherche, s'il approfondit

    Et s'il fréquente les bons sites
    Où ton travail est commenté,
    Voilà du plaisir fort licite
    Qui peut durer tout un été.

    Pays sans boussole et sans carte,
    Mais j'aime y promener mes pas :
    On glisse, on s'étonne, on s'écarte,
    On voit ce qui n'existe pas.

    Mallarmé, je te dois l'extase
    D'itinéraires sans chemins ;
    Tes beaux écrits forment la base
    De mon cosmos de parchemin.

    Qu'on s'en étonne ou qu'on en rie,
    Qu'on te trouve un fol ascendant :
    Mon jugement point ne varie,
    Ce que tu fais, c'est transcendant !

Rédiger un commentaire

Stéphane MALLARME

Portait de Stéphane MALLARME

Étienne Mallarmé, dit Stéphane Mallarmé, né à Paris le 18 mars 1842 et mort à Valvins (commune de Vulaines-sur-Seine, Seine-et-Marne) le 9 septembre 1898, est un poète français. Auteur d’une œuvre poétique ambitieuse et difficile, Stéphane Mallarmé a été l’initiateur, dans la seconde moitié du XIXe siècle,... [Lire la suite]

© 2016 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto