Poème 'Quelque lieu, quelque amour, quelque loi qui t’absente' de Etienne JODELLE dans 'Contr'amours'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Etienne JODELLE > Quelque lieu, quelque amour, quelque loi qui t’absente

Quelque lieu, quelque amour, quelque loi qui t’absente

Etienne JODELLE
Recueil : "Contr'amours"

Quelque lieu, quelque amour, quelque loi qui t’absente,
Et ta déité tâche ôter de devant moi,
Quelque oubli qui, contraint de lieu, d’amour, de loi,
Fasse qu’en tout absent de ton coeur je me sente,

Tu m’es, tu me seras sans fin pourtant présente
Par le nom, par l’effet fatal qui est en toi,
Par tout tu es Diane, en tout rien je ne vois,
Qui mon oeil, qui mon coeur de ta présence exempte.

En la terre, et non pas seulement aux forêts,
De moi vivant l’objet continuel tu es,
Étant Diane ; et puis, si le ciel me rappelle,

Ô Lune, ton bel oeil mon heur malheurera.
Si je tombe aux enfers, mon seul tourment sera
De souffrir sans fin l’oeil d’une Hécate tant belle.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Etienne JODELLE

Portait de Etienne JODELLE

Étienne Jodelle, né en 1532 à Paris où il est mort en juillet 1573, est un poète et dramaturge français. Membre de la Pléiade, il s’efforça d’en appliquer les principes à l’art théâtral. Il fut le premier à utiliser l’alexandrin dans la tragédie. Il apparaît comme un précurseur de la tragédie à... [Lire la suite]

© 2014 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto