Poème 'Qui a nombré, quand l’astre, qui plus luit' de Joachim DU BELLAY dans 'L'Olive'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Joachim DU BELLAY > Qui a nombré, quand l’astre, qui plus luit

Qui a nombré, quand l’astre, qui plus luit

Joachim DU BELLAY
Recueil : "L'Olive"

Qui a nombré, quand l’astre, qui plus luit,
Jà le milieu du bas cercle environne,
Tous ces beaux feux, qui font une couronne
Aux noirs cheveux de la plus claire nuit,

Et qui a su combien de fleurs produit
Le vert printemps, combien de fruits l’automne,
Et les trésors, que l’Inde riche donne
Au marinier, qu’avarice conduit,

Qui a compté les étincelles vives
D’Etne, ou Vésuve, et les flots, qui en mer
Heurtent le front des écumeuses rives,

Celui encor d’une, qui tout excelle,
Peut les vertus, et beautés estimer,
Et les tourments, que j’ai pour l’amour d’elle.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Planète Kassandra
    ----------

    Comme un soleil est sa lune qui luit,
    Une atmosphère étrange l’environne ;
    Cette planète ornée d’une couronne
    Reste éclairée tout au long de la nuit.

    Nul ne sait rien de ce qu’elle produit,
    Peut-être bien des fraises en automne ;
    Qui peut savoir à quoi les gens s’adonnent,
    Un fier désir peut-être les conduit.

    Dans leurs cours d’eau sont des anguilles vives,
    Quelque ondins se baignent dans la mer ;
    Des basilics patrouillent sur la rive.

    Leur noble roi tranche une mortadelle,
    Réconforté par un breuvage amer ;
    Dans le sous-sol rampent des hirondelles.

  2. Lui

    Elle ne cherche rien d’autre que Lui,
    Toujours et dans tout ce qui l’environne.
    D’épines est confectionnée la couronne,
    De celui qui l’obsède jour et nuit.

    Certes, parfois, la jonction se produit,
    Aux plus douces attentions ils s’adonnent,
    Mais après l’été arrive l’automne :
    Une scission de nouveau se produit.

    Sa douleur est à se moment si vive,
    Qu’elle pourrait se jeter à la mer
    Alors qu’à surnager, elle n’arrive.

    Au fil du temps, seule en sa citadelle,
    L’abandon lui laisse un goût moins amer ;
    Elle peut le voir dans une hirondelle.

Rédiger un commentaire

Joachim DU BELLAY

Portait de Joachim DU BELLAY

Joachim du Bellay est un poète français né vers 1522 à Liré en Anjou, et mort le 1er janvier 1560 à Paris. Sa rencontre avec Pierre de Ronsard fut à l’origine de la formation de la « Pléiade », groupe de poètes auquel Du Bellay donna son manifeste, « la Défense et illustration de la langue... [Lire la suite]

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS