Poème 'Qui a vu quelquefois un grand chêne asséché' de Joachim DU BELLAY dans 'Les antiquités de Rome'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Joachim DU BELLAY > Qui a vu quelquefois un grand chêne asséché

Qui a vu quelquefois un grand chêne asséché

Joachim DU BELLAY
Recueil : "Les antiquités de Rome"

Qui a vu quelquefois un grand chêne asséché,
Qui pour son ornement quelque trophée porte,
Lever encore au ciel sa vieille tête morte,
Dont le pied fermement n’est en terre fiché,

Mais qui dessus le champ plus qu’à demi penché
Montre ses bras tout nus et sa racine torte,
Et sans feuille ombrageux, de son poids se supporte
Sur un tronc nouailleux en cent lieux ébranché :

Et bien qu’au premier vent il doive sa ruine,
Et maint jeune à l’entour ait ferme la racine,
Du dévot populaire être seul révéré :

Qui ta chêne a pu voir, qu’il imagine encore
Comme entre les cités, qui plus florissent ore,
Ce vieil honneur poudreux est le plus honoré.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Sagesse de la tavernière
    ----------------------------

    Que nul gosier ici ne demeure asséché !
    Sachez-le, visiteurs qui franchissez ma porte,
    Vous trouverez ici un choix de boissons fortes
    Et je souris aussi aux clients éméchés.

    J’aime ceux du comptoir, légèrement penchés,
    Débitant leurs propos d’une voix un peu forte,
    Pour qui mon injonction n’est jamais lettre morte ;
    Ils ne sont pas pressés de partir se coucher.

    Certains dans cet endroit aiment prendre racine :
    Celui qui versifie et celui qui dessine,
    Celle qui boit les mots du conteur inspiré ;

    Quand ils ont assez bu, je leur en verse encore,
    Afin qu’ils soient dispos pour saluer l’aurore ;
    Dispos, ou presque tels, ou un peu déchirés.

  2. L’arbre du roi
    ----------

    Je suis l’arbre du roi, où son ange est perché ;
    Justice et Loyauté sont les fruits que je porte
    Et mon ardente sève est une boisson forte
    Dont fut ce vieux monarque autrefois éméché.

    Vers nul point cardinal on ne me voit pencher ;
    Mon écorce est rugueuse et ça me réconforte
    Je me plais en ce bois jonché de feuilles mortes ;
    Puis, le soleil me parle avant de se coucher.

    Je sens un inframonde au bout de mes racines
    Où de sombres profils dans le noir se dessinent,
    Eux qui d’obscurs traités ont jadis inspiré ;

    Ayant tout raconté, le vent me parle encore
    Et veut se joindre à moi pour saluer l’aurore
    Qui le nocturne voile est venue déchirer.

  3. Chêne impérial
    ------------------

    L’invisible démon sur le chêne est perché ;
    Il a dans sa musette une âme qu’il emporte
    (Âme, en ce grand malheur, nul ne te réconforte)
    Et qu’il prit au matin, dit-il, dans l’évêché.

    Branche, sous un tel poids, tu ne peux que pencher
    Et rudement fléchir, bien que tu sois très forte ;
    S’il avait atterri sur une branche morte,
    Sa lourdeur aurait pu du tronc la détacher.

    Des lutins malfaisants vivent sous les racines
    Qui sur de grands carnets de noirs signes dessinent
    Et que dans l’inframonde on entend conspirer ;

    Or, le diable est pensif, il se repose encore,
    Sur cet arbre magique il attendra l’aurore
    Pour saisir sa victime et pour la déchirer.

Rédiger un commentaire

Joachim DU BELLAY

Portait de Joachim DU BELLAY

Joachim du Bellay est un poète français né vers 1522 à Liré en Anjou, et mort le 1er janvier 1560 à Paris. Sa rencontre avec Pierre de Ronsard fut à l’origine de la formation de la « Pléiade », groupe de poètes auquel Du Bellay donna son manifeste, « la Défense et illustration de la langue... [Lire la suite]

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS