Poème 'Quiconque, mon Bailleul, fait longuement séjour' de Joachim DU BELLAY dans 'Les Regrets'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Joachim DU BELLAY > Quiconque, mon Bailleul, fait longuement séjour

Quiconque, mon Bailleul, fait longuement séjour

Joachim DU BELLAY
Recueil : "Les Regrets"

Quiconque, mon Bailleul, fait longuement séjour
Sous un ciel inconnu, et quiconques endure
D’aller de port en port cherchant son aventure,
Et peut vivre étranger dessous un autre jour :

Qui peut mettre en oubli de ses parents l’amour,
L’amour de sa maîtresse, et l’amour que nature
Nous fait porter au lieu de notre nourriture,
Et voyage toujours sans penser au retour :

Il est fils d’un rocher ou d’une ourse cruelle,
Et digne qui jadis ait sucé la mamelle
D’une tigre inhumaine : encor ne voit-on point

Que les fiers animaux en leurs forts ne retournent,
Et ceux qui parmi nous domestiques séjournent,
Toujours de la maison le doux désir les point.

Poème préféré des membres

celestine a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Serpent qui plonge
    -----------------------

    Le serpent d’argent plonge en infernal séjour
    Dont la rouge chaleur patiemment il endure ;
    Cela fait plusieurs fois qu’il court cette aventure,
    Traversant l’inframonde, et revenant au jour.

    Dans le sous-sol il va porter des mots d’amour,
    Surprenant des démons l’ombrageuse nature ;
    Puis il prend, parmi eux, un peu de nourriture
    Et glisse, nonchalant, sur la voie du retour.

    Porter de la douceur en la contrée cruelle,
    Cette tâche, pour lui, devient habituelle ;
    Il la reprend sans cesse, il ne s’en lasse point.

    En descendant là-bas, c’est chez lui qu’il retourne ;
    Il est frère de ceux qui toujours y séjournent,
    Se souvenant qu’il fut, jadis, au même point.

Rédiger un commentaire

Joachim DU BELLAY

Portait de Joachim DU BELLAY

Joachim du Bellay est un poète français né vers 1522 à Liré en Anjou, et mort le 1er janvier 1560 à Paris. Sa rencontre avec Pierre de Ronsard fut à l’origine de la formation de la « Pléiade », groupe de poètes auquel Du Bellay donna son manifeste, « la Défense et illustration de la langue... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto