Poème 'Sépulture' de Charles BAUDELAIRE dans 'Les Fleurs du Mal'

Sépulture

Charles BAUDELAIRE
Recueil : "Les Fleurs du Mal"

Si par une nuit lourde et sombre
Un bon chrétien, par charité,
Derrière quelque vieux décombre
Enterre votre corps vanté,

A l’heure où les chastes étoiles
Ferment leurs yeux appesantis,
L’araignée y fera ses toiles,
Et la vipère ses petits ;

Vous entendrez toute l’année
Sur votre tête condamnée
Les cris lamentables des loups

Et des sorcières faméliques,
Les ébats des vieillards lubriques
Et les complots des noirs filous.

Poème préféré des membres

JulienALBESSARD a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. -- Baudelaire, es-tu un filou ?
    (Ou peut-être, un vieillard lubrique).
    *
    -- Non, je suis rimeur famélique.
    *
    -- Aimes-tu donc le cri des loups
    Glaçant les âmes condamnées
    Pour les innombrables années ?
    *
    -- J'ai du chagrin pour les petits
    Cadavres cousus dans la toile,
    Et mon coeur est appesanti
    De nostalgie, sous les étoiles.
    *
    -- Auprès de nous, tu es vanté
    Pour tes sonnets pleins de décombres.
    *
    -- Tu me dis ça par charité,
    Ma douleur n'en est pas moins sombre.

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS