Poème 'Siècle éteint' de guillaumePrevel

Siècle éteint

guillaumePrevel

Ce siècle qui nous a vu naître et qui n’est déjà plus le nôtre,
Et dont on chante encore souvent les cantiques,
Semble déjà livré aux foudres des gouffres archaïques!
Nous nous pensions remplis de mystères et les magnifiques apôtres,

D’un monde mort-né qui était fait pour être confondu,
Dans les brumes noires et glacées du temps,
Et seuls nous pensions nous dresser contre les mauvais vents,
Alors que ce n’étaient que des rêves d’enfants perdus,

Dans le brouillard et dans les sombres mystères,
Du Grand nord et de ses steppes où surgit l’étoile polaire,
Comme une apparition irréelle et sublimée,

Qui indique de son doigt raide comme le mât de beaupré,
L’endroit où tremble le jour et où naît la nuit éternelle,
Comme dernière étape avant la fin de la vie des mortels.

10 août 2014

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS