Poème 'Sonnet du thé' de FAB

Sonnet du thé

FAB

L’été s’est dévêtu au dessus de ma tasse
De thé blanc -
Fumant et solitaire -
Et humant
Le parfum entêtant qui s’étale devant
Moi qui attends la nuit au seuil de la terrasse

L’automne vient déjà -
Or c’était le printemps
Tout entier revenu avec toi à voix basse
Troublant d’intimité -
Orgueil des guerres lasses
L’automne vient après un sommeil de cent ans

Et quand -
Bouillant -
Brûlant -
Buvant -
Boutant la vie
Je savourais le feu que tu m’avais servi
Et je savais déjà l’automne qui s’avance

Pour veiller l’été nu -
Enfin la renaissance
Découverte en goûtant à cette éternité
Infidèle -
Infinie -
Infusée -
Dans mon thé

Poème préféré des membres

Zoe a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS