Poème 'Sur les Abattoirs' de guillaumePrevel

Sur les Abattoirs

guillaumePrevel

« On n’a pas deux cœurs, l’un pour l’homme, l’autre pour l’animal… On a du cœur ou on n’en a pas « .
Alphonse de Lamartine

Quand le couperet tombe
Il est toujours injuste et violent
La cruauté en est le triste parent
Comme dans ces abattoirs, ces lieux d’hécatombes

Où les pauvres bêtes sont poussées sans ménagement
En regardant de leurs gros et beaux yeux apeurés
Leurs semblables qu’on vient sournoisement d’égorger
En poussant de tristes et suppliants meuglements

Mais l’aveuglement, la folie des hommes
N’éprouvent pas de pitié pour les bêtes de somme
Qu’ils considèrent comme de simples produits

Misère humaine qui n’apprend rien des génocides!
Dans son égoïsme funeste, imbécile et fratricide
Mais un jour, justice!…Oui, justice sera faite pour nos frères animaux!

5 OCTOBRE 2017

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS