Poème 'Une part infime du ciel' de guillaumePrevel

Une part infime du ciel

guillaumePrevel

C’est un minuscule carré dans le toit,
Qui découpe une part infime du ciel,
Et fait entrer dans les combles la peine où la joie,
Lorsque tombe la pluie ou coule le soleil comme le miel.

C’est une petite ouverture qui offre un espace de liberté,
Où mes yeux se perdent en de douces rêveries,
Sages: loin du tracas quotidien et de la veulerie,
Des hommes; dont je me suis volontairement écarté.

Là, se posent sur les tuiles ou sur la zinguerie,
Toute sorte de petits oiseaux aux plumages merveilleux,
Qui nous offrent parfois des spectacles de volerie,

Lorsque le plus commun des moineaux,
Se met à pourchasser dans les airs les insectes,
Se transformant en l’instant dans mon regard en sublime gerfaut.

25 Août 2014

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS