Poème 'A ma mère' de guillaumePrevel

A ma mère

guillaumePrevel

Maman! Quand tes beaux bleus seront éteints
Et que ma main qui n’est plus celle d’un enfant
Ne frôlera plus la tienne dans le néant
Je pleurerai toutes les larmes de mon corps abyssin

Maman! Quand ta voix rassurante ne fera plus écho
Et que mes paroles malheureuses frapperont la pierre
Où tombent les feuilles de l’automne et où le lierre
Recouvre la froideur immaculée et éternelle du tombeau

Maman! Quand je te rejoindrai à mon tour sous la terre
En ces lieux effrayants de mystère où le temps se suspend
Et où avant nous avait disparu ton cher père

Maman! J’aurai aimé pour l’éternité
Que ta jeunesse et la mienne soient figées
Pour nous épargner les affres de ces jours de peine.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS