Poème 'Le vaisseau dort' de guillaumePrevel

Le vaisseau dort

guillaumePrevel

Le vaisseau dort au fond des eaux sablonneuses
Ses canons arrogants et puissants se sont éteints
Et leurs gueules ne crachent plus des vapeurs d’airain
Mais servent désormais de refuge à la vie poissonneuse

Ce splendide galion gît comme un mort
Sous l’eau glacée de la mer couché sur un banc de sable
Et repose sur le flanc en un deuil vénérable
Guérissant lentement des blessures de l’ultime corps à corps

Ses servants sont tous tombés au combat
Et gisent avec lui dans l’attitude du dernier branle-bas
En attendant la promesse de résurrection

Leurs cheveux de squelettes flottent légèrement
Ballotés par les courants des fonds marins étrangement
Et donnent à cet équipage fantôme un semblant d’éternité.

28 août 2013

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS