Poème 'A Mademoiselle Edmée Daudet' de Théodore de BANVILLE dans 'Dans la fournaise'

A Mademoiselle Edmée Daudet

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Dans la fournaise"

pour sa fête
Le 20 novembre 1887

Mademoiselle Edmée, oh! que le jour a lui
Délicieusement, quand le ciel vous a faite!
Et la maison s’emplit de joie, et le poëte
Sentit comme un printemps qui s’éveillait en lui.

Mademoiselle, c’est votre fête aujourd’hui.
Vous-même, doux trésor, vous êtes une fête;
Votre mère sur vous s’incline, ô chère tête!
L’instant s’envole et, comme un rêve, s’est enfui.

Fleur, sur vous un rayon mystérieux se pose.
Vous riez, vous charmez, vous êtes une rose;
Et quand le sommeil tient vos yeux appesantis,

Dans l’apaisement bleu de l’ombre enchanteresse,
Pendant que vous dormez, des Anges tout petits
Chantent pour vous des airs doux comme une caresse.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théodore de BANVILLE

Portait de Théodore de BANVILLE

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto