Poème 'A sa lyre' de Pierre de RONSARD dans 'Les meslanges'

A sa lyre

Pierre de RONSARD
Recueil : "Les meslanges"

Naguiere chanter je voulois
Comme Francus au bord Gaulois
Avecq’ sa troupe vint descendre,
Mais mon luc pinçé de mon doi,
Ne vouloit en dépit de moi
Que chanter Amour, et Cassandre.

Je pensoi pource que toujours
J’avoi dit sur lui mes amours,
Que ses cordes par long usage
Chantoient d’amour, et qu’il faloit
En mettre d’autres, s’on vouloit
Luy aprendre un autre langage.

Et pour ce faire, il n’y eut fust,
Archet, ne corde, qui ne fust
Echangée en d’autres nouvelles :
Mais apres qu’il fut remonté,
Plus haut que davant a chanté
Comme il souloit, les damoyselles.

Or adieu doncq’ pauvre Francus,
Ta gloire, sous tes murs veinqus,
Se cachera toujours pressée,
Si, à ton neveu, nostre Roi,
Tu ne dis qu’en l’honneur de toi,
Il face ma Lyre crossée.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Pierre de RONSARD

Portait de Pierre de RONSARD

Pierre de Ronsard (né en septembre 1524 au manoir de la Possonnière, près du village de Couture-sur-Loir en Vendômois et mort le 28 décembre 1585 au Prieuré de Saint-Cosme en Touraine), est un des poètes français les plus importants du XVIe siècle. « Prince des poètes et poète des princes », Pierre de Ronsard, adepte de... [Lire la suite]

© 2016 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto