Poème 'Anaconda' de guillaumePrevel

Anaconda

guillaumePrevel

J’ai traversé des murs d’ombres
Des marécages de brume
Et j’ai contemplé d’étranges fleuves jaunes
Qui ondulaient sous mes yeux crevés
Comme des corps souples d’anaconda

La vie hypocrite source essentielle
De toutes choses néanmoins
Était partout fragile
Et mon âme aux tourbillons
Brûlants hurlait silencieuse

Tandis que mon cœur palpitant
Criait aux dieux oubliés
Dans un délire fiévreux
Et que mes mains en sang
Réclamaient vengeance.

3 Décembre 2015

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS