Poème 'Après de longs remords' de guillaumePrevel

Après de longs remords

guillaumePrevel

Après de longs remords
Tout le monde s’endort

Sous les versants d’une lune opaque
Tandis que le bruit d’une porte claque

Aux vents des mauvais soirs
Alors, tous les angoissés crient au désespoir

Aucun répit pour ces cœurs oppressés
Par des nuits de cauchemars aux contours insensés

Ici! seule la folie guerroie
Au dessus de ce gouffre de désarroi!

Et voilà que la plus terrible des tempêtes
S’invite à la cruauté de cette sombre fête

En gonflant ses nuages d’apparat
Tandis que l’éclair au loin s’abat

Et éclaire de son souffle lumineux
Les ténèbres aux recoins hideux

Pendant que tremblent les corps
Dans le lit des vivants et le cercueil des morts

Alors que la clameur des pleurs
Résonne dans cette éternité de terreur.

9 Février 2015

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS