Poème 'Au bordel d’Epinal' de Robert DESNOS dans 'Prospectus'

Au bordel d’Epinal

Robert DESNOS
Recueil : "Prospectus"

Au bordel d’Épinal
sont trois carmes déchaussées
Elles administrent les damnés
avant l’entrée à l’hôpital

Soldat de bois soldat d’amour
frais sorti d’une image d’Épinal
les échassiers sur la Moselle
Trempent une patte dans l’eau sale

Aimes-tu bien les Demoiselles ?

Sitôt sorti va voir le magicien
de son bocal il sortira
trois perles d’or et deux d’argent

Il te les donnera

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Sagesse des échassiers
    --------------------------

    Au bord d'un chemin vicinal
    Sont deux échassiers qui cultivent
    La terre arrosée par l'eau vive
    Au joli mois de Germinal.

    Ils auront une moisson d'or,
    Beaucoup de grappes généreuses
    Et quelques poires savoureuses ;
    L'aragne les applaudit fort.

    Ah ! Que ne suis-je un échassier
    Si sûr d'une bonne récolte ;
    Au pauvre barde désinvolte
    N'échoit tel revenu princier.

  2. Biche d’argent
    ----------

    Je n’arnaque point les corbeaux,
    Le croire, c’est une hérésie ;
    Jamais de telles fantaisies
    Ne traverseront mon cerveau.

    Moi, je me nourris d’ambroisie,
    Jamais de foin, c’est pour les veaux ;
    La fermière les trouve beaux,
    Je n’en ai point de jalousie.

    Fabuliste, ton papier blanc
    Semble appeler des mots troublants,
    Ton esprit n’est pas ordinaire.

    Je suis une biche, pendard,
    Et non ce truand de renard,
    Surveille ton imaginaire.

  3. Oiseau factionnaire
    ----------

    Posé sur une jambe, il cède à la torpeur
    Comme s’il entendait la voix d’une sirène ;
    En rêve il a conquis les faveurs d’une reine,
    Il sourit sous l’effet de ce songe trompeur.

    Il cède à ses ardeurs que plus rien ne réfrène,
    Dans un flot de plaisir il noie toutes ses peurs ;
    Son amour le consume et son âme est sereine,
    D’un capiteux parfum respirant les vapeurs.

    Ce songe est envoyé par un mauvais génie
    Qui le veut pervertir, dans sa ruse infinie ;
    Je ne dis point son nom, car on me le défend.

    C’est un bon serviteur, mais c’est un mauvais maître,
    Il malmène l’insecte ainsi que l’éléphant ;
    Je le tiens à distance, au moins quatorze mètres.

Rédiger un commentaire

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS