Poème 'Autre complainte de Lord Pierrot' de Jules LAFORGUE dans 'Les Complaintes'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Jules LAFORGUE > Autre complainte de Lord Pierrot

Autre complainte de Lord Pierrot

Jules LAFORGUE
Recueil : "Les Complaintes"

Celle qui doit me mettre au courant de la Femme!
Nous lui dirons d’abord, de mon air le moins froid :
« La somme des angles d’un triangle, chère âme,
« Est égale à deux droits. »

Et si ce cri lui part : « Dieu de Dieu! que je t’aime!»
- « Dieu reconnaîtra les siens. » Ou piquée au vif :
- « Mes claviers ont du coeur, tu seras mon seul thème.»
Moi : « Tout est relatif. »

De tous ses yeux, alors! se sentant trop banale :
« Ah! tu ne m’aimes pas; tant d’autres sont jaloux!
Et moi, d’un œil qui vers l’Inconscient s’emballe :
« Merci, pas mal; et vous ? »

- « Jouons au plus fidèle!» – « À quoi bon, ô Nature!
« Autant à qui perd gagne! » Alors, autre couplet :
- « Ah! tu te lasseras le premier, j’en suis sûre… »
- « Après vous, s’il vous plaît. »

Enfin, si, par un soir, elle meurt dans mes livres,
Douce; feignant de n’en pas croire encor mes yeux,
J’aurai un : « Ah ça, mais, nous avions De Quoi vivre!
« C’était donc sérieux ? »

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Adam demande à Dieu de créer une femme.
    Dieu répond : «Il me faut réfléchir, de sang froid,
    Pour savoir si cela sert le bien de ton âme ;
    Mais de le demander, tu en as bien le droit.»

    Dieu, ayant réfléchi, dit : « Qu’est-ce que tu aimes,
    Adam, chez une femme ?» Adam reste pensif,
    Car il n’a pas beaucoup réfléchi sur ce thème ;
    Il sent qu’il ne faut pas se montrer impulsif.

    Dieu dit : « La tâche n’est, certes, pas trop banale ;
    Si je la réussis, ça fera des jaloux. »
    Il se met au travail, il s’active, il s’emballe,
    Il fait une poupée qui n’est pas mal du tout.

    Et voici la plus douce entre les créatures,
    À qui le serpent chante aussitôt un couplet :
    « Serpent, tu viens de Dieu, dit-elle, j’en suis sûre ;
    Tu viens me signaler ce qui, vraiment lui plaît.»

    La suite, on peut la lire en un énorme livre,
    Enluminé pour les délices de nos yeux,
    Et qui nous dit comment mourir, et comment vivre
    (Mais parfois, on ne sait si ce livre est sérieux).

Rédiger un commentaire

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto