Poème 'Je sens dedans mon ame une guerre civile' de Jean de SPONDE dans 'Les Amours'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Jean de SPONDE > Je sens dedans mon ame une guerre civile

Je sens dedans mon ame une guerre civile

Jean de SPONDE
Recueil : "Les Amours"

Je sens dedans mon ame une guerre civile
D’un parti ma raison, mes sens d’autre parti,
Dont le bruslant discord ne peut estre amorti
Tant chacun son tranchant l’un contre l’autre affile.
Mais mes sens sont armez d’un verre si fragile
Que si le coeur bientost ne s’en est departi
Tout l’heur vers ma raison se verra converti,
Comme au party plus fort plus juste et plus utile.
Mes sens veulent ployer sous ce pesant fardeau
Des ardeurs que me donne un esloigné flambeau,
Au rebours la raison me renforce au martyre.
Faisons comme dans Rome, à ce peuple mutin
De mes sens inconstans arrachons-les enfin,
Et que notre raison y plante son Empire.

Poème préféré des membres

ATOS a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Poème emplit de musique et de rhétoriques mélodieuses !

  2. Les sept nations
    --------------------

    En Terre d'Argent sont personnes fort civiles
    Qui toujours du bon sens adoptent le parti ;
    En Terre d'Azur sont des esprits amortis
    Qui devant le labeur chaque jour se défilent.

    De Gueules la Terre a des messieurs bien fragiles
    Et, qui plus est, ce sont de parfaits abrutis.
    En Terre d'Or ils sont du vice repentis :
    Cette démarche, en soi, me semble fort utile.

    En Terre de Sinople on charrie des fardeaux
    Même pendant la nuit, quand brûlent les flambeaux ;
    Gens de Terre d'Hermine, on ne peut faire pire,

    Traitent tous les débats à coups de calembours.
    S'il est un endroit qui convient à mes vieux jours,
    C'est la Terre de Sable, un agréable empire.

Rédiger un commentaire

Jean de SPONDE

Portait de Jean de SPONDE

Jean de Sponde (Joanes Ezponda, en basque), né en 1557 à Mauléon (Pays Basque) et mort le 18 mars 1595 à Bordeaux, est un poète baroque français. Né dans une famille liée à la cour de Navarre, élevé dans un milieu protestant et austère, brillant élève, il reçoit de Jeanne d’Albret, mère de Henri IV, une bourse... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto