Poème 'Chaumière normande' de guillaumePrevel

Chaumière normande

guillaumePrevel

Il me revient en mémoire,
Une vieille chaumière normande,
Qui sentait bon le cidre et la pomme gourmande!
Tapies dans l’ombre; de vieilles armoires,

Gardaient en leurs entrailles,
Tout un tas de mystère !
Au son d’un gros carillon bien austère,
Nous nous cachions derrière des murailles,

De silex, de bois et de bauge,
Quand enfants nous jouions du soir au matin,
Après avoir délogé des grenouilles qui pataugent,

Dans des mares silencieuses,
Où nénuphars et roseaux tranquilles,
Jalousaient notre enfance tapageuse.

13 Mai 2015

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS