Poème 'Combien que ton Magny ait la plume si bonne' de Joachim DU BELLAY

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Joachim DU BELLAY > Combien que ton Magny ait la plume si bonne

Combien que ton Magny ait la plume si bonne

Joachim DU BELLAY

Combien que ton Magny ait la plume si bonne,
Si prendrais-je avec lui de tes vertus le soin,
Sachant que Dieu, qui n’a de nos présents besoin,
Demande les présents de plus d’une personne.

Je dirais ton beau nom, qui de lui-même sonne
Ton bruit parmi la France, en Itale, et plus loin :
Et dirais que Henri est lui-même témoin
Combien un Avanson avance sa couronne.

Je dirais ta bonté, ta justice et ta foi,
Et mille autres vertus qui reluisent en toi,
Dignes qu’un seul Ronsard les sacre à la Mémoire :

Mais sentant le souci qui me presse le dos,
Indigne je me sens de toucher à ton los.
Sachant que Dieu ne veut qu’on profane sa gloire.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Ambilope
    ------------

    L’ambilope est jolie, mais sa chair n’est pas bonne,
    Quiconque en mangerait aurait besoin de soins :
    De se garder du fauve, elle n’a pas besoin,
    Elle avance au hasard et n’a peur de personne.

    Son cri dans la savane étrangement résonne,
    Dont l’écho répété se propage très loin ;
    Et de sa bonne humeur, le soleil est témoin
    Qui de son fier éclat lui fait une couronne.

    Car l’ambilope blanche en son étoile a foi,
    Et de joyeux pluvians l’accompagnent parfois,
    Que décrivit Gotlib, d’immortelle mémoire.

    L’un d’eux, très familier, se pose sur son dos ;
    Agréable et léger lui semble un tel fardeau,
    Ainsi que pour son coeur est légère sa gloire.

  2. Couronne sans roi
    ------------

    Cette couronne d’or n’appartient à personne,
    Elle qui pourtant fut l’objet de tant de soins :
    Beaucoup de rois ont dit « Je n’en ai pas besoin,
    Même si la facture en est subtile et bonne. »

    Les nobles courtisans qui ces rois environnent
    Entendent leurs propos qu’ils ne comprennent point ;
    D’un maléfice obscur ils se pensent témoins,
    Auquel les enchanteurs ou les démons s’adonnent.

    Ces braves souverains en ont d’autres, ma foi,
    Que leurs prédécesseurs portèrent autrefois,
    Et qui du temps jadis conservent la mémoire.

    Qui donc acceptera cet étrange cadeau ?
    Pour n’importe quel chef est trop lourd ce fardeau,
    Qu’il soit sans prétention, qu’il soit chargé de gloire.

  3. Couronne égarée
    ----------

    La reine dit : « C’est ta couronne
    Que j’ai trouvée chez la baronne ;
    Et tu me feras le plaisir
    De ne plus voir cette luronne. »

Rédiger un commentaire

Joachim DU BELLAY

Portait de Joachim DU BELLAY

Joachim du Bellay est un poète français né vers 1522 à Liré en Anjou, et mort le 1er janvier 1560 à Paris. Sa rencontre avec Pierre de Ronsard fut à l’origine de la formation de la « Pléiade », groupe de poètes auquel Du Bellay donna son manifeste, « la Défense et illustration de la langue... [Lire la suite]

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS