Poème 'Comme il a vite entre les doigts passé' de Louis ARAGON dans 'Le Roman inachevé'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Louis ARAGON > Comme il a vite entre les doigts passé

Comme il a vite entre les doigts passé

Louis ARAGON
Recueil : "Le Roman inachevé"

Comme il a vite entre les doigts passé
Le sable de jeunesse
Je suis comme un qui n’a fait que danser
Surpris que le jour naisse
J’ai gaspillé je ne sais trop comment
La saison de ma force
La vie est là qui trouve un autre amant
Et d’avec moi divorce
Rien n’est plus amer A qui t’en prends-tu
Plus commun plus facile
Que perdre son temps et le temps perdu
Pourquoi t’en souvient-il
Le hasard fait que j’y pense parfois
Et toujours je m’étonne
Ainsi je fus ainsi j’ai vécu moi
Ce printemps monotone
On n’en peut compter rien d’intéressant
Malgré ses airs baroques
Et je n’ai jamais été qu’un passant
Embourbé dans l’époque
De loin tout ça paraît aventureux
Saoulant blasphématoire
Les nouveaux venus en parlent entre eux
On en fait des histoires
Vous du moins dit-on vous aurez bien ri
Entre les draps du drame
Sûr cela valait d’y mettre le prix
Fût-ce le corps et l’âme
Vous aurez été libres de rêver
Libres comme l’injure
Mais vous regardez nos pieds entravés
Avoir raison c’est dur
Ils rêvent pourtant ces fils d’aujourd’hui
Où toute chose est claire
Et s’ils ont regret c’est de notre nuit
Et de notre colère
Ah le beau plaisir que lire aux bougies
Des choses éternelles
Ils voudraient troquer l’idéologie
Pour l’irrationnel
Ne voyez-vous pas malheureux enfants
Que tout ce que nous fûmes
Se dresse devant vous et vous défend
Le seuil mauvais des brumes
Ce que nous étions nous l’avons payé
Plus qu’on ne l’imagine
Et regardez ceux qui vous foudroyés
Sans cœur dans leur poitrine
Mais qu’espéraient-ils et qui ne vint pas
Quels astres quelles fêtes
De qui croyez-vous ces traces de pas
Des hommes ou des bêtes
Ils s’imaginaient d’autres horizons
D’autres airs de musique
Et vous vous plaigniez vous d’avoir raison
Sur leur métaphysique
Moi j’ai tout donné que vous sachiez mieux
La route qu’il faut prendre
Voilà que vous faites la moue aux cieux
Et vous couvrez de cendres
Moi j’ai tout donné mes illusions
Et ma vie et mes hontes
Pour vous épargner la dérision
De n’être au bout du compte
Que ce qu’à la fin nous aurons été
A chérir notre mal
Le papier jauni des lettres jetées
Au grenier dans la malle

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Louis ARAGON

Portait de Louis ARAGON

Louis Aragon est un poète, romancier, journaliste et essayiste français, né le 3 octobre 1897 à Neuilly-sur-Seine et mort le 24 décembre 1982 à Paris. Il est également connu pour son engagement et son soutien au Parti communiste français de 1930 jusqu’à sa mort. Avec André Breton, Paul Éluard, Philippe Soupault, il fut... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto