Poème 'Comme l’on voit de loin sur la mer courroucée' de Joachim DU BELLAY dans 'Les antiquités de Rome'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Joachim DU BELLAY > Comme l’on voit de loin sur la mer courroucée

Comme l’on voit de loin sur la mer courroucée

Joachim DU BELLAY
Recueil : "Les antiquités de Rome"

Comme l’on voit de loin sur la mer courroucée
Une montagne d’eau d’un grand branle ondoyant,
Puis traînant mille flots, d’un gros choc aboyant
Se crever contre un roc, où le vent l’a poussée :

Comme on voit la fureur par l’Aquilon chassée
D’un sifflement aigu l’orage tournoyant,
Puis d’une aile plus large en l’air s’esbanoyant
Arrêter tout à coup sa carrière lassée :

Et comme on voit la flamme ondoyant en cent lieux
Se rassemblant en un, s’aiguiser vers les cieux,
Puis tomber languissante : ainsi parmi le monde

Erra la monarchie : et croissant tout ainsi
Qu’un flot, qu’un vent, qu’un feu, sa course vagabonde
Par un arrêt fatal s’est venue perdre ici.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Joachim DU BELLAY

Portait de Joachim DU BELLAY

Joachim du Bellay est un poète français né vers 1522 à Liré en Anjou, et mort le 1er janvier 1560 à Paris. Sa rencontre avec Pierre de Ronsard fut à l’origine de la formation de la « Pléiade », groupe de poètes auquel Du Bellay donna son manifeste, « la Défense et illustration de la langue... [Lire la suite]

© 2016 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto