Poème 'Complainte de la bonne défunte' de Jules LAFORGUE dans 'Les Complaintes'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Jules LAFORGUE > Complainte de la bonne défunte

Complainte de la bonne défunte

Jules LAFORGUE
Recueil : "Les Complaintes"

Elle fuyait par l’avenue;
Je la suivais illuminé,
Ses yeux disaient : « J’ai deviné
Hélas ! Que tu m’as reconnue ! »

Je la suivis illuminé !
Jeux désolés, bouche ingénue,
Pourquoi l’avais-je reconnue,
Elle, loyal rêve mort-né ?

Jeux trop mûrs, mais bouche ingénue;
Œillet blanc, d’azur trop veiné;
Oh ! Oui, rien qu’un rêve mort-né,
Car, défunte elle est devenue.

Gis, œillet, d’azur trop veiné,
La vie humaine continue
Sans toi, défunte devenue.
-Oh ! Je rentrerai sans dîner !

Vrai, je ne l’ai jamais connue.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Jules LAFORGUE

Portait de Jules LAFORGUE

Jules Laforgue, né à Montevideo le 16 août 1860 et mort à Paris le 20 août 1887, est un poète du mouvement décadent français. Né dans une famille qui avait émigré en espérant faire fortune, il est le deuxième de onze enfants. À l’âge de dix ans, il est envoyé en France, dans la ville de Tarbes d’où est originaire... [Lire la suite]

© 2014 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto