Poème 'Complainte de Lord Pierrot' de Jules LAFORGUE dans 'Les Complaintes'

Complainte de Lord Pierrot

Jules LAFORGUE
Recueil : "Les Complaintes"

Au clair de la lune,
Mon ami Pierrot,
Filons, en costume,
Présider là-haut !
Ma cervelle est morte.
Que le Christ l’emporte !
Béons à la lune,
La bouche en zéro.

Inconscient, descendez en nous par réflexes :
Brouillez les cartes, les dictionnaires, les sexes.

Tournons d’abord sur nous-même, comme un fakir !
(Agiter le pauvre être, avant de s’en servir.)

J’ai le coeur chaste et vrai comme une bonne lampe
Oui, je suis en taille-douce, comme une estampe.

Vénus, énorme comme le régent,
Déjà se pâme à l’horizon des grèves ;
Et c’est l’heure, ô gens nés casés, bonnes gens,
De s’étourdir en longs trilles de rêves !
Corybanthe, aux quatre vents tous les draps!
Disloque tes pudeurs, à bas les lignes !
En costume blanc, je ferai le cygne,
Après nous le déluge, ô ma Léda !
Jusqu’à ce que tournent tes yeux vitreux,
Que tu grelottes en rires affreux,
Hop ! Enlevons sur les horizons fades
Les menuets de nos pantalonnades !
Tiens ! L’univers
Est à l’envers…

-Tout cela vous honore,
Lord Pierrot, mais encore ?

-Ah ! Qu’ une, d’elle-même, un beau soir sût venir,
Ne voyant que boire à mes lèvres, ou mourir !

Je serais, savez-vous, la plus noble conquête
Que femme, au plus ravi du rêve, eût jamais faite !

D’ici-là, qu’il me soit permis
Le vivre de vieux compromis.

Où commence, où finit l’humaine
Ou la divine dignité ?
Jonglons avec les entités,
Pierrot s’agite et tout le mène !
Laissez faire, laissez passer ;
Laissez passer, et laisser faire ;
Le semblable, c’est le contraire,

Et l’univers, c’est pas assez !
Et je me sens, ayant pour cible
Adopté la vie impossible,
De moins en moins localisé !
-Tout cela vous honore,
Lord Pierrot, mais encore ?

-Il faisait, ah ! Si chaud, si sec.
Voici qu’ il pleut, qu’il pleut, bergères !
Les pauvres Vénus bocagères
Ont la roupie à leur nez grec !

-Oh ! De moins en moins drôle ;
Pierrot sait mal son rôle ?

-J’ai le coeur triste comme un lampion forain…
Bah ! J’irai passer la nuit dans le premier train ;

Sûr d’aller, ma vie entière,
Malheureux comme les pierres. (Bis.)

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto