Poème 'Danaé' de Jules LEFÈVRE-DEUMIER dans 'Le Parricide'

Danaé

Jules LEFÈVRE-DEUMIER
Recueil : "Le Parricide"

Imitation de Simonide

Sic te diva potens cypri,
Sic fratres Helenœ lucida sidera,
Ventorumque regat pater,
Obstrictis aliis, praeter Yapyga,
Navis
Et serves animas dimidium meœ,
HORACE.

L’aquilon frémissait ; une horrible tempête
Des vagues dans le Ciel semblait cacher le faîte.
Au milieu des débris des vaisseaux fracassés,
La mer portait alors sur ses flancs courroucée,
Une barque, ou plutôt une prison flottante,
Car partout une main cruellement prudente,
En défendit l’accès à la clarté du jour.
Ainsi se punissait un crime de l’amour,
Si l’on peut appeler ses faiblesses un crime.
Des baisers de l’Olympe innocente victime,
La jeune Danaé vers son fils étendit
Une douce caresse, et doucement lui dit :
« Mon jeune compagnon, ma peine est bien amère !
« Tu dors tranquillement près du lait de ta mère ;
« Tu respires, et moi, sous l’air qui s’épaissit,
« Mon souffle est plus pénible, et ma voix s’obscurcit.
« La nuit doit être proche, et les astres tes frères,
« Sans caresser ton front de leurs flammes légères,
« Sous l’œil de Jupiter guident le nautonnier ;
« Et toi que de ses fils on nomme le dernier,
« Il t’oublie, et le Ciel n’aura pas, une étoile
« Qui puisse nous guider. Oh, dors ! et sous mon voile
« Abrite ton sommeil sans t’occuper des flots
« Qui passent sur ton front sans troubler ton repos
« Et sans mouiller encor ta belle chevelure.
« Que le sommeil aussi, suspendant ma torture,
« Ne me fait-il connaître un instant son pouvoir,
« Car il me faut un songe, hélas ! pour te revoir.
« Oh, que j’ai peur, mon fils, de l’onde et de l’orage !
« Si tu savais des mers quelle est souvent la rage,
« Oui, ta petite oreille entendrait mes sanglots.
« Mais je le veux, enfant, que tes yeux toujours clos
« Ne se réveillent point au cri de la tempête.
« Dormez, vagues, dormez au-dessus de sa tête ;
« Dormez, puisque les Dieux sont pour nous sans appui,
« Ou faites, si je meurs, que je meure avant lui. »

Paris, 1816.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Jules LEFÈVRE-DEUMIER

Portait de Jules LEFÈVRE-DEUMIER

Jules Lefèvre-Deumier, né le 14 juin 1797 à Paris où il est mort le 11 décembre 1857, est un écrivain et poète français. Son vrai nom était Lefèvre, auquel il ajouta Deumier en hommage à une tante qui lui avait légué sa fortune, assez considérable. Profondément romantique, ses modèles étaient André Chénier et Byron.... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto