Poème 'Le Vaisseau Spectre' de Jules LEFÈVRE-DEUMIER dans 'Le Livre du Promeneur'

Le Vaisseau Spectre

Jules LEFÈVRE-DEUMIER
Recueil : "Le Livre du Promeneur"

Tous les marins vous raconteront la légende du vaisseau-spectre, de ce vaisseau de brouillard, monté par des fantômes, qui apparaît à l’improviste sur les flots, comme aux limites de l’horizon le nuage cuivré où couve la tempête. La tempête éclate ! toutes vos voiles se serrent, mais lui ne cargue pas les siennes ; il semble que l’orage soit son élément. Vous voulez fuir ! Vous fuyez sans l’éviter. Quelque manœuvre que vous fassiez, le fatal navire est toujours là. Vous le voyez au nord ! Vous vous tournez vers le sud, et il vous fait face comme auparavant. À l’est, à l’ouest, il est toujours devant vous ; sa sinistre immobilité suit tous vos mouvements ; cette ombre ne vous quitte pas plus que la vôtre, et gouverne à la fois la mer et l’ouragan. De quel nom faut-il nommer ce vaisseau, qui ressemble au mal heur, et qui, présent partout, semble, impalpable qu’il est, tenir à lui seul tout l’océan ?

5 septembre

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Les sept navires
    --------------------

    C’est une nef de sable avançant au hasard,
    Conduite, étrangement, par quatre vieux lézards.

    C’est une nef d’argent qui traverse un orage ;
    Les morts de l’an passé forment son équipage.

    Une autre la poursuit, c’est une nef d’azur
    Toutes voiles au vent, qui claquent dans l’air pur.

    Ceux de la nef en or boivent plus qu’en auberge,
    Sauf un prêtre qui tient de sa main gauche un cierge.

    De gueules court la nef à chasser le narval,
    Sinistres sont les cris de ce gros animal.

    Vers la nef de sinople, où se tient une ondine,
    Vogue la nef du troll, à la voile d’hermine.

Rédiger un commentaire

Jules LEFÈVRE-DEUMIER

Portait de Jules LEFÈVRE-DEUMIER

Jules Lefèvre-Deumier, né le 14 juin 1797 à Paris où il est mort le 11 décembre 1857, est un écrivain et poète français. Son vrai nom était Lefèvre, auquel il ajouta Deumier en hommage à une tante qui lui avait légué sa fortune, assez considérable. Profondément romantique, ses modèles étaient André Chénier et Byron.... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto