Poème 'Délirante incertitude' de guillaumePrevel

Délirante incertitude

guillaumePrevel

On vole au poète sa plume
On lui emprunte son esprit
Délirante incertitude
Les jours où cogne la tempête
Les lendemains de fête
Où de longs voiles noirs
Recouvrent la patrie des hommes
Misérables zombies sans bras et sans têtes
Que survolent des voyants
Par delà les ombres
Et les temps obscurs
Ils contemplent les plaines de Cimmérie
Tendant leurs doigts inquisiteurs
Vers les criminels et les imposteurs
En apposant la marque de l’infamie
Sur les lâches et les conspirateurs
Qui sournoisement gouvernent la masse
Des stupides, des cupides et des soumis
Oh sublimes poètes
Vos paroles s’élèvent comme un chant
Glorifiant la liberté
Qui glacent de honte
Les couards qui courbent le dos
Et se cachent sous leurs lits
Tandis qu’ils laissent se tarir
Dans leurs veines
Le sang des géants.

12/10/18

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS