Poème 'Derniers Instants' de Paul ÉLUARD dans 'Poésie et vérité'

Derniers Instants

Paul ÉLUARD
Recueil : "Poésie et vérité"

Bois meurtri bois perdu d’un voyage en hiver
Navire où la neige prend pied
Bois d’asile bois mort où sans espoir je rêve
De la mer aux miroirs crevés

Un grand moment d’eau froide a saisi les noyés
La foule de mon corps en souffre
Je m’affaiblis je me disperse
J’avoue ma vie j’avoue ma mort j’avoue autrui.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Bois flottant
    --------------

    Je me laisse porter comme du bois qui danse
    Dans les eaux d'un torrent, vivement descendant,
    Heurté de toutes parts et calme, cependant :
    Presque pas de pensée, juste des évidences.

    D'autres objets flottants trouvent froides les ondes ;
    Or, ce n'est pas plus mal, cela nous engourdit,
    Le vacarme de l'eau, pour nous, est assourdi,
    Nous pouvons oublier que nous sommes au monde.

Rédiger un commentaire

Paul ÉLUARD

Portait de Paul ÉLUARD

Paul Éluard, de son vrai nom Eugène Émile Paul Grindel (14 décembre 1895 à Saint-Denis – 18 novembre 1952 à Charenton-le-Pont ), est un poète français. C’est à l’âge de vingt et un ans qu’il choisit le nom de Paul Éluard, hérité de sa grand-mère, Félicie. Il adhère au dadaïsme et est l’un des... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto