Poème 'Dessus un mont une flamme allumée' de Joachim DU BELLAY dans 'Les antiquités de Rome'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Joachim DU BELLAY > Dessus un mont une flamme allumée

Dessus un mont une flamme allumée

Joachim DU BELLAY
Recueil : "Les antiquités de Rome"

Dessus un mont une flamme allumée
A triple pointe ondoyait vers les cieux,
Qui de l’encens d’un cèdre précieux
Parfumait l’air d’une odeur embaumée.

D’un blanc oiseau l’aile bien emplumée
Semblait voler jusqu’au séjour des dieux,
Et dégoisant un chant mélodieux
Montait au ciel avecques la fumée.

De ce beau feu les rayons écartés
Lançaient partout mille et mille clartés,
Quand le dégout d’une pluie dorée

Le vint éteindre. O triste changement!
Ce qui sentait si bon premièrement
Fut corrompu d’une odeur sulfurée.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Sous Picrochole, une vaillante armée
    À grand fracas progressait sous les cieux,
    Qui chevauchait en habits précieux,
    Troupe en bon ordre et d'ardeur animée.

    Du noble roi la coiffure emplumée
    Fait de cet homme un fier rival des dieux ;
    Sa voix entonne un chant mélodieux
    Montant au ciel ainsi qu'une fumée.

    Gargantua cependant fait pleuvoir
    Sur ces soldats qui sont en son pouvoir.
    Ils sont noyés sous les tonnes d'urine

    Qu'à flots déverse une grande jument.
    Le roi, qui fut si fort premièrement,
    Est vaincu par la pisse chevaline.

  2. Bien tourné, le commentaire, ô cochonfucius!

  3. Bien tourné le commentaire, ô Cochonfucius!

  4. Planète des flammes
    ------------------

    Mais par qui furent allumées
    Toutes ces flammes sans fumée ?
    Par un velu primate, ou bien
    Par une déesse emplumée ?

  5. Flamme d’inframonde
    -------------------------

    Bien trop chaude est pour moi cette flamme qui danse,
    Même Dieu ne pourra l’éteindre désormais ;
    Il vaudrait certes mieux n’en approcher jamais,
    Je ne commettrai point cette grande imprudence.

    Pour combustible elle eut un bois de transcendance,
    Un démon pour gardien qui sur elle soufflait ;
    Ne la regarde point, ni même son reflet,
    Car tu serais sa proie, et c’est une évidence.

    Au long des jours d’enfer la flamme brûlera,
    Au long des jours terriens le Diable en parlera ;
    Feu de l’éternité, grand bûcher du mystère.

    Restons près du jardin, à l’ombre de la Croix ;
    En cette fin d’hiver, le temps est un peu froid,
    Elle nous chaufferait, mais nous n’en voulons guère.

Rédiger un commentaire

Joachim DU BELLAY

Portait de Joachim DU BELLAY

Joachim du Bellay est un poète français né vers 1522 à Liré en Anjou, et mort le 1er janvier 1560 à Paris. Sa rencontre avec Pierre de Ronsard fut à l’origine de la formation de la « Pléiade », groupe de poètes auquel Du Bellay donna son manifeste, « la Défense et illustration de la langue... [Lire la suite]

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS