Poème 'Quelques maux d’amour' de guillaumePrevel

Quelques maux d’amour

guillaumePrevel

Mon amour, mon adorée que je serrai tout à l’heure
Et dont j’humai encore le parfum délicat
Des cheveux de ton corps allongé sur le sofa
Sans me douter que tu préparais mon malheur

Mon adorée, mon amour à qui j’avais voué mon cœur
Sous un règne qui faisait mon martyr
Mais aussi mon bonheur et mon sourire
Tu préparais donc dans le silence ma douleur

O comme je t’aime, te déteste et te hais
Sous le lointain écho sibyllin de ta voix
Qui me revient encore quand je vois ton portrait

Au milieu de tes affaires délaissées et oubliées
Que je vis comme autant de regrets
Sous le poids de la mélancolie et de lunaires reflets.

Poème préféré des membres

Lilasrose a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. merci de ta lecture Lilasrose

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS