Poème 'Digue dondaine' de guillaumePrevel

Digue dondaine

guillaumePrevel

Ah! Les soirées mondaines
Digue dondaine…

Ne laissaient rien aux pauvres êtres
En haillons qui collaient leur nez rouges aux fenêtres

De l’opulent palais du chatelain
Qui faisait grande fête et grand festin

Pour épater la galerie
De sa petite bourgeoisie

Les faces réjouies et bouffies
Brillaient sous les chandelles dans la nuit

Tandis que la faim tiraillait le menu fretin
Qui dans l’obscurité criait sa haine du gredin

Qui empiffrait la grasse et noble canaille
Sans se douter que pointaient des lendemains de bataille

Ainsi va la justice et la vie
Ceux qui font le mal doivent être punis

Aiguisez bon peuple vos couteaux
Rassemblez tous vos petits marmots

Demain ce sera la bonne paye et la gloire
Les bourgeois racleront les fonds de tiroir

Pour rembourser l’énorme dette
Qu’ils ont amassé sur vos têtes!

11 août 2018

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS