Poème 'Douaumont' de guillaumePrevel

Douaumont

guillaumePrevel

Triste plaine
Souvenir figé de la haine

Silence…

Croix dressées
Comme des potences

Dont les corps fantômes
Se sont détachés

Pour rejoindre la terre
En poudre fine et grise

Silence…

Sur le temps des horreurs
Sur le temps des erreurs

Souffle court mêlé
A celui plus fort du vent

Silence…

Dans l’ombre froide
D’un ossuaire malheureux

Qui garde en sentinelle dressée
Les malheureux squelettes

Des hommes sans noms oubliés
Dans la terre des damnés

Silence…

Et le temps qui passe
Effacera toutes les traces

D’un passé si présent
Dont les vivants ne retiennent rien.

29 MAI 2016

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS