Poème 'Éclairage à Perte de Vue' de Louis ARAGON dans 'Feu de joie'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Louis ARAGON > Éclairage à Perte de Vue

Éclairage à Perte de Vue

Louis ARAGON
Recueil : "Feu de joie"

Je tiens ce nuage or et mauve au bout d’un jonc
l’ombrelle ou l’oiseau ou la fleur
La chevelure
descend des cendres du soleil se décolore
entre mes doigts
Le jour est gorge-de-pigeon
Vite un miroir Participé-je à ce mirage
Si le parasol change en paradis le sol
jouons
à l’ange
à la mésange
au passereau
Mais elles qui vaincraient les grêles et l’orage
mes ailes oublieront les bras et les travaux
Plus léger que l’argent de l’air où je me love
je file au ras des rêts et m’évade du rêve

La Nature se plie et sait ce que je vaux

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Le seigneur Passereau
    --------------------

    Il n’a pas de trône et pas de cortège ;
    Et d’aucune cause il n’est l’avocat.
    Lui qui ne réclame aucun privilège,
    C’est le passereau, lui, si délicat.

    Il peut sautiller dans la froide neige,
    Toujours son plumage est en bon état.
    Il a de la voix, il sait le solfège,
    La muse pour lui bien souvent chanta.

    Il craint le rapace, il aime ses proches,
    Ne possède rien, n’ayant pas de poches ;
    Il cherche un perchoir quand il a sommeil.

    Gentil passereau, tu n’as rien à craindre,
    Toujours tu auras ta place au soleil
    Que tes yeux jamais ne verront s’éteindre.

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS