Poème 'Épitaphe' de Jean-Antoine de BAÏF dans 'Les Passe-temps'

Épitaphe

Jean-Antoine de BAÏF
Recueil : "Les Passe-temps"

(écrit après la Saint-Barthélemy)

Pauvres Cors où logeoyent ces esprits turbulans,
Naguieres la terreur des Princes de la terre,
Mesmes contre le ciel osans faire la guerre,
Deloiaux, obstinez, pervers et violans :

Aujourdhuy le repas des animaux volans
Et rampans charogniers, et de ces vers qu’enserre
La puante voirie, et du peuple qui erre
Sous les fleuves profonds en la mer se coulans :

Pauvres Cors, reposez, si vos malheureux os,
Nerfs et veines et chair, sont dignes de repos,
Qui ne purent soufrir le repos en la France.

Esprits dans les carfours toutes les nuits criez :
O Mortels avertis et voiez et croiez,
Que le forfait retarde et ne fuit la vengeance.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Vaillante nef de sable
    ----------------------

    L’Océan Pacifique a des flots turbulents,
    Et quand on le parcourt, on est loin de la terre ;
    Ces parages lointains ont vécu plusieurs guerres,
    Mais sur la nef de sable, on est fort indolent.

    On y mange du crabe et du poisson volant,
    Et chacun boit du rhum, comme un vaillant corsaire;
    Nul ne sait où s’en va ce navire qui erre
    Sur les courants profonds en la mer circulant :

    Aucun souci du but, les marins sont dispos,
    Ou par temps de labeur, ou par temps de repos,
    Je les entend chanter quelques chansons de France.

    Leur talent poétique est aussi déployé,
    Et, tout au long du jour, il est bien employé,
    Rhapsode et matelot sont une fine engeance.

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS