Poème 'Eponge définitivement pourrie' de Jules LAFORGUE dans 'Premiers poèmes'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Jules LAFORGUE > Eponge définitivement pourrie

Eponge définitivement pourrie

Jules LAFORGUE
Recueil : "Premiers poèmes"

L’Art aussi, vieille épave à vau-l’eau dans la brume
Flotte. Jadis c’était le Beau, le Pur, l’Eternité,
Maintenant c’est l’alcool où le désir s’allume
Pour les rêves sanglants des spleens des nuits d’été.

Trente siècles d’ennui pèsent sur mon épaule,
Dont j’ai pris pour moi seul les rages, les remords.
Si je rime au Néant c’est pour jouer mon rôle.
La nuit, je pleure et sue en songeant á ma mort !

Et je vais, énervé d’immenses lassitudes,
N’enviant même plus la foi des multitudes,
Lâche, espérant toujours, pourri, plus bon à rien.

Après le jour, la nuit; après la nuit, l’aurore.
-Si je pouvais du moins en retrouver encore,
De ces larmes d’enfant, Ah! qui font tant de bien!

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto