Poème 'Fin d’été' de François COPPÉE dans 'Les Paroles sincères'

Fin d’été

François COPPÉE
Recueil : "Les Paroles sincères"

L’oiseau reste muet, puisqu’il n’a plus de nid
Dans le trou du vieux mur dont s’écroule la brèche.
Nous faisons sous nos pas craquer la feuille sèche.
Comme le soir vient tôt ! Comme le bois jaunit !

La nature et nos cœurs ont un frisson subit.
Dès le soleil tombé, monte une brume fraîche.
Octobre est loin encor, mais comme il se dépêche !
Ah ! mon amour ! l’été s’en va, l’été finit !

Mets ces dernières fleurs, maîtresse, à ton corsage,
Et, devant ce déjà si triste paysage,
Asseyons-nous tous deux sur le bord du chemin.

Je me sens toujours plein de désirs ! Je t’adore !
Mais les cheveux sont gris que caresse ta main,
Et ce sera bientôt l’automne… Oh ! pas encore !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. — 1 commentaire — Imprimer —
    François Coppée

    Les Paroles sincères, 1891

    Fin d’été

    d’après le tableau de Raphaël Collin

    L’oiseau reste muet, puisqu’il n’a plus de nid
    Dans le trou du vieux mur dont s’écroule la brèche.
    Nous faisons sous nos pas craquer la feuille sèche.
    Comme le soir vient tôt ! Comme le bois jaunit !

    La nature et nos cœurs ont un frisson subit.
    Dès le soleil tombé, monte une brume fraîche.
    Octobre est loin encor, mais comme il se dépêche !
    Ah ! mon amour ! l’été s’en va, l’été finit !

    Mets ces dernières fleurs, maîtresse, à ton corsage,
    Et, devant ce déjà si triste paysage,
    Asseyons-nous tous deux sur le bord du chemin.

    Je me sens toujours plein de désirs ! Je t’adore !
    Mais les cheveux sont gris que caresse ta main,
    Et ce sera bientôt l’automne... Oh ! pas encore !

    Commentaire(s)
    Déposé par : Cochonfucius
    le : 24 février 2014 à 11h29

    Printemps d’hiver
    --------------------------

    Le faux printemps surprend les oiseaux dans leurs nids ;
    Le froid de mars viendra battre l’espoir en brèche,
    Quand les frimas mordront l’herbe qui se dessèche
    Et qui, languissamment, se consume et jaunit.

    On dit qu’il faut aimer tout ce que l’on subit,
    Et même, en vieillissant, garder une âme fraîche
    Comme d’un enfant qui vers son jeu se dépêche.
    Mais il survient un jour où le jeu se finit.

    L’homme de soixante ans ne court plus les corsages,
    Il parcourt, nostalgique, un ancien paysage
    Dont il connaît la faune, et surtout les chemins.

    Il a collectionné des livres qu’il adore ;
    Au lieu de les ouvrir, il y pose sa main,
    Ne sachant s’il voudra les parcourir encore.

  2. Erratum :Coppée reproduit par erreur.

  3. Tu as raison Cochonfucius de pas trop mâter le corsage des Margoton
    Moi j'ai honte car j'ai l'air avec mes nichons ___________d'1 gros thon

Rédiger un commentaire

François COPPÉE

Portait de François COPPÉE

François Édouard Joachim Coppée, né le 26 janvier 1842 à Paris où il est mort le 23 mai 1908, est un poète, dramaturge et romancier français. Coppée fut le poète populaire et sentimental de Paris et de ses faubourgs, des tableaux de rue intimistes du monde des humbles. Poète du souvenir d’une première rencontre... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto